Accueil Actu
Un petit avant goût poste par poste du duel Olympique Lyonnais - Juventus Turin
Un petit avant goût poste par poste du duel Olympique Lyonnais - Juventus Turin
2019-12-16
Suite au tirage au sort de ce lundi, on s'est adonnés au petit jeu cruel des comparaisons poste pour poste pour voir si l'OL avait une chance.
Au lendemain du tirage au sort des huitième de Champions League, histoire de se faire une idée des chances de l’OL, on vous propose une petite comparaison poste par poste des joueurs de Lyon et de la Juve.

Mais comme il y a assez peu de chance que Andersen se retrouve au duel avec Bonucci on va aussi passer en revue les match-up (opposition entre adversaires directs.)

Comme les deux équipes ne jouent en général pas dans le même système (4-2-3-1 pour Lyon, 4-4-2 en losange pour la Juve), en dehors de la défense, on a été obligé de faire des groupes un peu arbitraires. Les deux milieux défensifs et le 10 lyonnais face au milieu défensif et aux deux relayeurs de la Juve. Les deux ailiers et l’avant-centre de l’OL face au 10 et aux deux pointes turinoises.

Vous n’êtes évidemment pas obligé d’être d’accord avec nous. On vous encourage même à nous le dire en nous envoyant vos mails d’insulte à mail@lesfootix.com.

On compte les points.

Poste par poste


Les gardiens : Wojciech Szczęsny / Anthony Lopes

Bon, ici, on considère que le gardien qui débutera entre les poteaux de la Juve c’est Szczęsny. Buffon est surtout là comme symbole. Ce n’est a priori plus le titulaire du poste.

Et le polonais a pris une autre dimension depuis qu’il est arrivé en Italie. Terminé le gardien maladroit et en panne de confiance à Arsenal. Ne nous y trompons pas, Szczęsny est maintenant un des meilleurs en Europe à son poste. On ne devient pas le successeur de Buffon par hasard.

Lopes de son côté fait partie des valeurs sûres de la Ligue 1, il semble malgré tout avoir un peu perdu de sa superbe cette saison. Régulièrement appelé en équipe du Portugal mais rarement titularisé. Il a encore tout à prouver au niveau européen.

On donne le point à la Juve.

Arrière droit : Danilo / Kenny Tete

Danilo c’est un CV impressionnant. Porto, Real Madrid, Manchester City et maintenant la Juve. 25 sélections en équipe du Brésil. Que du lourd. Mais si on regarde en détail, hormis à Porto, le garçon ne s’est jamais vraiment imposé nulle part. Doublure de Nacho au Real, de Kyle Walker à City, il remplace Cancelo à la Juve mais c’est sans doute le poste le plus faible des turinois.

Hélas, les lyonnais ne profiteront même pas de cette faiblesse. Avec la blessure de Léo Dubois – qui ne devrait pas être rétabli pour cet affrontement –, le titulaire du poste est Kenny Tete. A l’OL depuis trois saisons maintenant, il ne s’est toujours pas imposé comme titulaire.

Là encore, le point va à la Juve.

Les défenseurs centraux : Matthijs De Ligt – Leonardo Bonucci / Joachim Andersen – Jason Denayer

Faut-il vraiment épilogué sur les centraux ? A la Juve, on a, avec De Ligt et Bonucci, le plus gand espoir d’Europe à son poste et sans doute l’un des meilleurs au monde à ses côté. A l’OL on a un Andersen qui peine à justifier la valeur de son transfert et un Denayer, certes solide mais loin du niveau des défenseurs turinois.

Deux points pour la Juve.

Arrière gauche : Alex Sandro / Youssouf Koné

Encore une fois, il n’y a pas match. Même si Sandro n’est plus aussi impérial que lors de la saison 2017 – 2018, il reste tout de même une référence à son poste. Koné entre parfaitement dans la philosophie de l’OL, c’est encore un jeune joueur à fort potentiel mais rien à voir avec son homologue turinois.

Le point va encore à la Juve.

Le milieu de terrain : Lucas Tousart – Pedro Mendes – Houssem Aouar / Rodrigo Betancourt – Blaise Matuidi – Miralem Pjanic

Trois points à distribuer sur le milieu mais à des postes un peu différents.

Le milieu de la vieille dame n’est sans doute pas le plus glamour d’Europe mais il est sacrément efficace. La qualité technique et de passe de Pjanic en pointe basse correspondent parfaitement au jeu si spécifique de Sarri. Il occupe avec Brio la place qu’occupait Jorginho à Naples puis à Chelsea. Betancur, ce n’est pas le joueur le plus connu d’Europe mais il sait tout faire. Défendre, attaquer, marquer. Un joueur complet. Inutile de présenter Matuidi, bien connus de la Ligue 1. Au final l’ensemble est solide, travailleur, doué techniquement (même Matuidi, si si) et tactiquement intelligent.

Côté olympien, en dehors d’Aouar, pas de quoi donner des frissons non plus mais en plus, on est loin des standard techniques Italiens. Mendes a bien du mal à retrouver son niveau lillois. Tousart est un excellent récupérateur mais ballon au pied, personne n’attend de lui la passe qui va casser les lignes.

On donne un point à l’OL pour Aouar, les deux autres à la Juve.

L’attaque : Bertrand Traoré – Moussa Dembele – Martin Terrier / Paolo Dybala – Cristiano Ronaldo – Gonzalo Higuain

On ne va pas perdre de temps. La comparaison est trop cruelle.

Trois points pour la Juve.

Les bancs

Rapidement avant de donner le point à la Juve : Douglas Costa, De Sciglio, Bernardeschi, Can, Ramsey, Rabiot… En face de Marcello, Caqueret, Cornet… C’est sans doute le duel le plus déséquilibré. Encore plus que la ligne d’attaque.

Le point va à la Juve

Les entraineurs : Rudi Garcia / Maurizio Sarri

Peut-on imaginer mariage plus contre-nature que celui entre Sarri et la Juve ? Lui le napolitain, clope au bec et survet’ sur le banc de touche. Tout l’inverse de l’élégance turinoise. Lui le dogmatique après les années de pragmatisme de Max Allegri. Alors oui c’est curieux. On ne se fait toujours pas à l’image de Sarri en costard, mais il reste celui qui a remis Naples sur la carte d’Europe. Largement critiqué à Chelsea, il a tout de même réussi à finir la saison troisième et avec une coupe d’Europe en poche. Sarri c’est une référence.

Et peut-on également imaginer mariage plus contre-nature que celui de Garcia et de l’OL. Lui l’ancien marseillais, jamais à court de saillis à l’encontre du club lyonnais et de son président à l’époque. Garcia le politicien au bilan européen désastreux dans le club français le plus performant en Europe depuis vingt ans. Depuis le doublé avec Lille, le moins que l’on puisse dire c’est que Garcia a perdu du crédit. Son expérience à la Roma s’est mal terminée, idem à Marseille et son début de règne à Lyon est loin de faire l’unanimité.

Là encore, le point va à la Juve.

Les publics

Au moment où est écrit cet article, on serait tenté de ne donner le point à personne. Le public du Stadio Delle Alpi, on le connait, ce n’est pas exactement le plus chaud du pays. Disons poliment que question public, la Juve c’est un peu le Monaco de l’Italie.

A Lyon, rien de tout ça, mais au vu des événements de ces dernières semaines (défiance envers Garcia, incident Marcelo…), on ne peut pas vraiment dire que les supporters lyonnais aident leur équipe. Bien au contraire. Difficile de ne pas penser que les blessures de Depay et Reine-Adelaïde ne soient pas dues, même un peu, à la tension nerveuse causée par le climat délétère instauré par les supporters.

On va malgré tout donner le bénéfice du doute aux Lyonnais. Deux mois, c’est long dans le foot et les choses ont le temps de changer. On donne le point à l’OL.

Les Match-up


L’attaque de l’OL contre la défense turinoise

Une seule pointe face à la Juve, ça veut dire que Dembele va devoir se farcir seul Bonucci et De Ligt. Pas gagné d’avance. On a là une charnière centrale très forte de la tête, excellente dans la lecture du jeu et la couverture des appels. Exactement les points forts de Dembele. Dommage que l’OL ne possède pas un avant-centre plus rapide pour exploiter la lenteur – toute relative – de la défense de la vieille dame. A moins que Garcia ne nous sorte Maxwel Cornet du chapeau (mais on n’y croit pas beaucoup).

Sur les côtés, les duels donnent Traoré contre Danilo et Terrier contre Sandro. Si on imagine mal l’ancien strasbourgeois exister face à son homologue dont il devra surtout couvrir les montés – en particulier avec Kenny Tete derrière lui –, on se dit que Traoré face à Danilo, il y a peut-être quelque chose à faire. On le sait, avec le burkinabé, c’est tout ou rien. Il est aussi bien capable de traverser un match sans exister que d’être parfaitement injouable. Si Traoré est dans un bon jour, il peut sérieusement mettre Danilo en difficulté.

2-1 pour la Juve.

Le duel du milieu

Ici, on va avoir droit à un affrontement direct Pjanic / Aouar. Le milieu bosnien est le maitre à jouer de la Juve mais pas nécessairement leur défenseur le plus rigoureux. On verra probablement Matuidi redescendre lui prêter main forte en cas de temps fort lyonnais. Si Aouar décide de mettre un peu d’intensité dans son jeu comme il sait parfois le faire, il peut réellement gêner Pjanic dans sa distribution. On l’a vu avec Jorginho à Chelsea, quand la pointe basse du milieu de Sarri est en difficulté, c’est tout le système qui s’enraye. De la performance d’Aouar dépendront sans doute les maigres chances lyonnaises.

Pour le reste du milieu, Mendes et Tousart auront la lourde tâche de museler Dybala et Betancur, voir Matuidi. On ne donne pas cher de leur peau.

On croit en Aouar donc on va donner un point à l’OL, et donc deux à la Juve.

La défense de l’OL face à Ronaldo et Higuian

Bon, on ne vous le cache pas, on est embêté. L’intelligence de déplacement, le jeu en remise et la rapidité d’exécution d’Higuain face à Andersen, ça nous inquiète. Il va falloir que le danois serre un peu plus le marquage qu’il ne le fait en Ligue 1 s’il ne veut pas se faire complètement manger. On dit ça parce qu’on préfère le voir prendre Higuain que Ronaldo.

De toute Manière, il est probable que les centraux Lyonnais ne voient pas beaucoup le portugais. On connait sa propension à aller jouer le défenseur le plus faible en face de lui. Fort à parier qu’on le retrouvera souvent sur les côtés à faire des misères à Tete et Koné, même s’il ne joue plus ailier depuis quelques années.

On a beau retourner le problème dans tous les sens, ça fait deux points à la Juve et rien pour Lyon.

Le résultat Final


Si on compte tous les points on arrive à 18-4 en faveur de la Juve. En pourcentage ça fait 18,2% pour Lyon. Sans doute plus que si on avait dû donner les chances de l’OL de se qualifier. C’est pas si mal.
La Redac
autres Actu
Le manifeste des Footix
rejoignez la communauté et devenez editorialiste pour les footix.

Les footix est une tribune libre dédiée au foot. Envoyez nous vos article à articles@lesfootix.com, les meilleurs seront publiés chaque jours.

Si vous avez un avis à donner, un coup de gueule à passer, ecrivez-nous à mail@lesfootix.com. Les meilleurs courriers seront publiés dans la boite au lettre des footix.
sur le même thème
Les meilleurs contributeurs