Accueil Actu
Un petit avant goût poste par poste du duel PSG - Borussia Dortmund
Un petit avant goût poste par poste du duel PSG - Borussia Dortmund
2019-12-16
Suite au tirage au sort de ce lundi, on s'est adonnés au petit jeu cruel des comparaisons poste pour poste pour voir si Dortmund avait une chance.
Au lendemain du tirage au sort des huitième de Champions League, histoire de se faire une idée des chances du PSG, on vous propose une petite comparaison poste par poste des joueurs de Paris et de Dortmund.

Mais comme il y a assez peu de chance que Thiago Silva se retrouve au duel avec Matt Hummels on va aussi passer en revue les match-up (opposition entre adversaires directs.)

Pour l’exercice on va considérer que le PSG jouera en 4-3-3, le 4-4-2 utilisé depuis quelques matchs ne nous parait pas encore assez mature.

Vous n’êtes évidemment pas obligé d’être d’accord avec nous. On vous encourage même à nous le dire en nous envoyant vos mails d’insulte à mail@lesfootix.com.

On compte les points.

Poste par poste

Les gardiens : Roman Bürki / Keylor Navas

Roman Bürki n’est certainement pas le joueur du Borussia le plus connu en France. Le gardien international suisse (9 sélections) est pourtant réputé en Allemagne ou il garde les cages du BvB depuis 2015. Solide mais sans plus.

Keylor Navas est a priori d’une autre trempe. Triple vainqueur de la ligue des champions avec le Real, il avait porté presque à lui seul le Costa Rica jusqu’en quart de finale du mondial 2014. Pas une mince affaire.

On donne le point au PSG assez facilement.

Arrière droit : Rapahel Guerreiro / Thomas Meunier

Un duel compliqué. Pas facile de départager le champion d’Europe portugais du latéral belge. L’ancien lorientais est peut-être un peu plus tourné vers l’offensive mais les deux joueurs restent assez proches.

On donne le point à Dortmund parce que Guerreiro a tendance à être plus décisif dans la surface adverse. Ça se joue à peu de choses.

Les défenseurs centraux : Matt Hummels – Manuel Akanji / Thiago Silva – Presnel Kimpembe

Pour faire les choses bien, on va comparer défenseur central gauche à défenseur central gauche et défenseur central droit à défenseur central droit.

Pour être honnête, ça nous simplifie aussi un peu le travail en donnant deux duels déséquilibrés Hummels / Kimpembe et Akanji / Silva. Là, ça fait clairement 1 – 1 (Silva et Hummels, au cas où vous vous demanderiez). Dans l’autre sens on aurait été plus embêté.

Un partout donc.

Arrière gauche : Achraf Hakimi / Juan Bernat

Les quelques matchs joués par Hakimi avec le Real il y a deux ans avaient laissé entrevoir de belles promesses mais l’an passé, le joueur, prêté au Borussia par Madrid pour deux ans, n’a pas su s’imposer. Il démarre cette saison dans la peau d’un titulaire et ses prestations ont poussé Zidane à vouloir le voir à Madrid l’an prochain. Pas mal.

Bernat est arrivé à Paris sur la pointe des pieds. Il semblait être un recrutement par défaut à un poste ou le PSG avait besoin de se renforcer mais où le marché n’offrait que peu de solution. Après quelques mois difficiles, il a définitivement convaincu. Les observateurs comme ses partenaires. Ses prestations, en particulier en ligue des champions où il se montre souvent décisif plaident en sa faveur.

On donne le point à Bernat.

Les milieu : Julian Brandt – Julian Weigl – Axel Witsel / Marquinhos – Marco Verrati – Idrissa Gueye

On vous prévient, il y aura du talent au mètre carré dans l’entrejeu.

On pourrait quasiment comparer Witsel à Gueye et Verrati à Weigl directement au vu de la similitude entre les profils.

Verrati – Weigl c’est le regista. Des organisateurs depuis des positions reculées. Entre ces deux-là, on donne le point à Verrati, meilleur dans la récupération, dans le un contre un et probablement aussi dans la distribution (ainsi que dans le vice, dans l’expérience et même dans la vitesse balle au pied, enfin partout quoi).

Gueye – Witsel c’est le milieu travailleur, plus récupérateur, pour équilibrer le regista à leurs côtés. Aucun des deux n’est vraiment maladroit balle au pied mais on donne quand même le point à Witsel pour sa capacité à se projeter vers l’avant un peu supérieure à celle du sénégalais.

Reste le duel Brandt – Marquinhos. Ces deux là ne jouent pas du tout au même poste, au point qu’ils risquent probablement de se retrouver dans la même zone du terrain, entre le milieu et les défenseurs parisiens. Pour être tout à fait franc, on n’arrive pas à les départager. Marquinhos a sans aucun doute plus de bouteille et, est déjà une référence en Europe mais il ne joue pas à son poste. Brandt c’est un des jeunes les plus convoités d’Europe. Il suivra sans doute la voie habituelle des jeunes allemand talentueux : club formateur > Dortmund > Bayern. Egalité pour ces deux-là. Personne ne marque.

Un partout, balle au centre.

Ailier gauche : Jadon Sancho / Neymar

Pas de chance pour le jeune ailier anglais… Sancho c’est la valeur montante du foot anglais, celui que tous les gros de Premier League s’arrachent mais ce n’est pas encore Neymar.

Un point pour Paris.

Ailier droit : Thorgan Hazard / Kylian Mbappé

Encore une fois, pas de chance pour le jeune ailier belge. Thorgan a su se faire un prénom pour exister autrement qu’en étant le frère de, mais en face il y a la nouvelle star du foot mondial.

Point Paris aussi.

avant-centre : Marco Reus / Mauro Icardi

On ne peut pas dire que ces deux là se ressemblent. Reus a le même profil que Brandt, plus celui d’un milieu offensif que d’un avant-centre. Il joue pratiquement comme un faux neuf.

Icardi c’est sans doute le seul joueur au monde capable de marquer plus de buts qu’il ne touche de ballons. Un renard des surfaces dans la pure lignée des Gerd Müller et David Trezeguet.

Au vu du talent es deux joueurs et de la difficulté à les comparer, on ne va pas se mouiller et donner le match nul.

Les entraineurs : Lucien Favre / Thomas Tüchel

Le retour de Tüchel a Dortmund, c’est un peu l’histoire de ce huitième de finale. L’aventure s’était mal terminée avec le départ de l’allemand peu après l’attentat contre le bus du Borussia mais Tüchel reste populaires dans les travées du Signal Iduna Park.

Les deux entraineurs ont connu des débuts de saisons similaires. Les résultats étaient là (Paris est en tête et le Borussia à l’affut à la 3e place) mais la manière décevait. Si le coach du PSG a su reprendre la main avec des prestations convaincantes ces dernières semaines, Favre reste toujours menacé.

On donne le point au PSG – pour la belle histoire mais pas que.

Les bancs

La différence de budget fait souvent la différence de profondeur de banc. Non pas que le banc du Borussia soit ridicule, au contraire. Alcacer, Götze, Schulz c’est du solide. Mais quand le PSG se permet d’aller chercher le taulier de la défense de Dortmund pour lui faire cirer le banc (on parle d’Abdou Diallo là), on se doute que les deux clubs ne jouent pas dans la même cour. Di Maria, Dräxler, Diallo, Cavani et consort ramènent donc le point à Paris.

Les public

Sans doute le duel le plus déséquilibré. Le mur Jaune face aux tribunes mortes du parc.

Point Dortmund, sans hésiter.

Les Match-up

L’attaque du PSG contre la défense de Dortmund

Guerreiro – Hakimi, c’est fort mais surtout offensivement.

Mbappé – Neymar, ça travail pas beaucoup niveau pressing et replacement.

Vous voyez venir l’idée ? Celui qui aura la balle aura un avantage très net sur son adversaire. Après, la différence de talents pure entre les latéraux allemands et les deux stars du PSG font que malgré tout, on va donner les deux points à Paris.

Pour ce qui est d’Icardi, on est prêt à prendre les paris. On ne va pas le voir du match, il va toucher 15 ballons et se faire bouffer par Hummels et Akanji mais il mettra un but, peut-être deux. Et c’est lui qui prend le point du coup.

3 – 0 pour Paris

Le duel du milieu

Ici c’est assez simple, les face à face poste pour poste vont plus ou moins correspondre aux duels sur le terrain donc même score. Un partout.

La défense parisienne face à l’attaque du BvB

Sancho face à Meunier, on voudrait donner l’avantage à l’anglais parce qu’on aime ce genre de joueurs. Le problème c’est la régularité. Cette année, Favre lui aura fait subir l’humiliation de le sortir à la 36e minute et de le démolir en conférence de presse derrière. Depuis quelques semaines, il Favre fait machine arrière et l’encense dans la presse. Alors coup de pub avant le mercato ou vraie amélioration dans les performances ? A voir mais on lui donne le point quand même (parce que vraiment on l’aime bien).

Hazard – Bernat, on a peur que le duel ait plus lieu dans le camp allemand que dans celui des parisiens. D’abord parce que, de ce côté du terrain, il va falloir contenir Neymar. Ensuite parce que, en Champions League en particulier, Bernat monte beaucoup et marque souvent. Si Paris domine la possession, le jeune frère d’Eden risque de passer une sale soirée.

Reste le duel Reus – Silva / Kimpembe. Mais est-ce vraiment un duel direct ? Reus et Brandt vont probablement beaucoup permuter et de se retrouver plus dans la zone de Marquinhos. Si Paco Alcacer débute, ça sera sans doute une autre mayonnaise, mais ça n’est pour le moment pas le sens de l’histoire. En attendant, on donne le point à Paris.

Ça fait donc 2-1 pour Paris.

Le résultat Final


Si on compte tous les points on arrive à 14-6 en faveur du PSG. Ça nous donne 70% de chance de se qualifier. Ce résultat est évidement éminemment scientifique et à prendre avec tout le sérieux du monde.

La Redac
autres Actu
Le manifeste des Footix
rejoignez la communauté et devenez editorialiste pour les footix.

Les footix est une tribune libre dédiée au foot. Envoyez nous vos article à articles@lesfootix.com, les meilleurs seront publiés chaque jours.

Si vous avez un avis à donner, un coup de gueule à passer, ecrivez-nous à mail@lesfootix.com. Les meilleurs courriers seront publiés dans la boite au lettre des footix.
sur le même thème
Les meilleurs contributeurs