Accueil actu
Le top 10 des surprises de ce début de saison en Ligue 1
Aux footix, on est tous journaliste sportif. Envoyez vos articles à articles@lesfootix.com, les meilleurs seront publiés chaque jours. Allez jeter un œil à notre manifeste

Le top 10 des surprises de ce début de saison en Ligue 1
2019-12-05
Après 16 journée, on s'est permis d'établir notre petit classement, forcement subjectif.
Après 16 journée et donc après un peu plus d’un tiers du championnat, on peut se permettre de commencer à tirer quelques conclusions. On a donc choisi dix infos qui nous ont surprises (en bien ou en mal). C’est forcement subjectif, parfois volontairement provocateur mais c’est notre article donc c'est nos choix.



10. La VAR


On commence d’entrée par un sujet qui divise. Soyons clair, nous, aux footix, la VAR on est pour, et globalement on est étonné, ça marche plutôt bien. Les polémiques sont plutôt limitées et comparé à ce que font nos voisins Anglais ou même l’UEFA en coupe d’Europe – le retour sur l’expulsion de Courtois lors de Real PSG reste une vaste plaisanterie –, la façon dont la LFP a choisi de l’intégrée est plutôt réussi (et ça c’est vraiment une surprise).

Alors bien sûr ça ne règle pas tout. La règle des mains dans la surface est toujours largement sujette à interprétation et pas toujours facile à comprendre. La notion d’erreur manifeste que la VAR est supposée corriger est franchement flou – un hors-jeu d’un orteil raté par l’arbitre c’est une erreur manifeste ? – et le fait que ce n’est pas à l’arbitre de demander la VAR mais à la VAR de se signaler à l'arbitre n’est toujours pas intégré par les joueurs qui persistent à la demander à chaque faute non sifllée. Mais dans l’ensemble, on voit moins de contestations et ça c’est déjà une amélioration.



9. La doublette Ben Yedder – Slimani


Le retour de Ben Yedder en Ligue 1, en soit, c’est déjà une belle surprise. On parle d’un garçon qui était courtisé notamment par MU et qui restait sur deux saisons à plus de vingt buts en Liga.

Slimani c’est une autre histoire. L’algérien restait sur trois saisons très moyennes à Leicester, Newcastle et Fenerbahce. On mentirait si on disait qu’on se régalait d’avance de le voir évoluer dans notre championnat.

Mais voilà, Ben Yedder – Slimani ça fonctionne. Ça fonctionne même très bien. Leur complémentarité saute aux yeux, ça marque beaucoup de buts et sans eux, on se demande ou en serait l’ASM aujourd’hui



8. Amiens


Pas facile d’être intéressant en parlant d’Amiens. On parle football évidement. Question culture et architecture, Amiens c’est magnifique.

Mais le SC Amiens, ça fait pas rêver. Ils ont essayé avec Ganso, ça n’a pas franchement été un succès. Mais cette année, il se passe un truc. Luka Elsner, déjà, il est beau gosse, alors on le remarque. Il est slovène mais parle un français impeccable, alors on s’intéresse. Et enfin il a un projet de jeu qui se voit et ça en Ligue 1 c’est tellement rare qu’on est obligé de le signaler.

Après un bon début de saison, Amiens est un peu rentré dans le rang, voir même en difficulté – 17e aujourd’hui – mais avec un jeu qui tient la route, un Kakuta qui semble enfin avoir trouvé un club qui lui convient, les vieux grognards les plus sympathiques du championnat en les personnes de Jallet et Bodmer, nous Amiens cette année on aime et ça, c’est pas banal.



7. Presnel Kimpembe


On reconnait un léger tropisme parisien sur celui-là. Mais malgré tout, le champion du monde restait sur une année 2019 franchement difficile. Il n’avait clairement pas digéré le titre mondial et avec la montée de Marquinhos au milieu, ses performances avaient laissé la défense parisienne en grande difficulté en fin de saison dernière.

L’arrivée d’Abdou Diallo semblait le pousser tranquillement sur le banc de touche. Mais voilà, Presko n’est pas champion du monde pour rien. Sur ce début de saison, on retrouve le Kimpemebe qui s’était révélé un soir de quart de finale face au Barca en éteignant Lionel Messi. Il a su revenir au top quand on avait perdu foi en lui, c’est tant mieux pour le PSG et c’est tant mieux pour l’équipe de France.



6. Le stade Rennais


Chaque année c’est un peu la même salade avec les bretons. On se dit que ça va être leur année, celle ou ils vont enfin s’affirmer comme une équipe qui compte en Ligue 1. Surtout après la fin de saison convaincante de la bande à Stephan et son beau parcours en Europa League, on croyait que les ingrédients étaient là.

Ben Arfa, Ismaïla Sarr et Benjamin André étaient partis mais le recrutement semblait cohérent. Jonas Martin restait sur une bonne saison à Strasbourg, Flavien Tait avait montré de belles choses à Angers et même si Raphinha arrivait avec le spectre de Severino Lucas au-dessus de la tête, on se disait que ça pouvait marcher.

Mais la mayonnaise n’a pas pris. Julien Stephan semble avoir perdu son mojo, Raphinha peine encore à se montrer à la hauteur du prix de son transfert, Tait et Martin n’ont pas su conserver le niveau de leurs saison précédente et le Stade Rennais semble à nouveau parti pour une nième saison de transition.



5. l’OGC Nice


Voir Stade Rennais.

Un nouveau propriétaire richissime, un entraineur charismatique et prometteur, des arrivées ronflante pour la Ligue 1 et le retour du duo Rivère - Fournier qui avait mené le club à la 3e place en 2018. Saint-Maximin était parti mais Atal était resté. Nice cette année, ça donnait envie.

Et puis plus rien. Comme à Rennes, l’ambition niçoise a fait long feu. Alors c’est vrai, Jim Ratcliffe est arrivé en fin de mercato et ça sera sans doute l’an prochain qu’on pourra juger des réelles ambitions du Gym. Reste que nous on était un peu émoustillé et que pour le moment on reste un peu sur notre faim.



4. Les Girondins de Bordeaux


Eux c’est tout l’inverse. On commençait perdu espoir et on attendait plus grand-chose des bordelais et c’est cette année que quelque chose semble enfin se passer. Alors oui, leur 3e place tient beaucoup à la faiblesse globale du championnat cette année et ils peuvent très vite retomber en 2e moitié de classement à la moindre série négative mais on a l’impression (et on veut le croire) que cette fois ça va revenir, que Paulo Sousa a trouvé la bonne formule, que la belle endormie va enfin se réveiller et que Bordeaux va enfin redevenir une place forte du championnat de France.



3. Juninho et la révolution brésilienne


La révolution. Voilà ce qui nous était annoncé par l’arrivée de Juninho et de son compère Sylvinho aux commandes de l’Olympique Lyonnais. Une révolution sportive d’abord, avec deux brésilien aux manettes, on allait voir ce qu’on allait voir après le fort peu charismatique Bruno Génésio. Organisationnelle ensuite, un directeur sportif en Ligue 1 c’est assez rare pour être signalé. Et surtout médiatique, Aulas profitant du retour de l’ancienne idole de Gerland pour prendre un peu de recul. Ses tweets et sa mauvaise foi permanente allaient nous manquer mais tant pis. Juninho / Sylvinho c’était sexy à tous les niveaux.

Ça aura été sexy. Deux matchs. Après une présaison ratée, les victoires sur l’ASM 3-1 et surtout sur le SCO 6-0 nous avaient fait croire que le PSG aurait un rival sérieux cette année. Et puis le soufflé est complètement retombé. Le shéma tactique, avec des latéraux qui ne montaient jamais, laissait perplexe, la communication maladroite de Juninho également. Et puis le 7 octobre la contre-révolution a débuté. Sylvinho est débarqué, Aulas est de retour dans les media pour nous affirmer que, si si, c’est bien Juni qui commande et l’OL révolutionnaire de 2019 se met à ressembler étrangement à ces prédécesseurs.



2. Victor Osimhen


C’est une surprise sans en être une. Voir débarquer un gamin de 20 ans et le regarder planter but sur but dans une équipe de Lille pourtant autrement moins flamboyante que la saison dernière c’est vrai, on ne l’avait pas anticipé. Mais ce n’est sans doute pas très malin de notre part parce que quand on connait la capacité de Luis Campos à dénicher les jeunes talents, on aurait dû le voir venir.

Ce n’est probablement pas un hasard si l’ASM ne s’est jamais vraiment relevée de son départ en 2016 et si le projet monégasque a changé depuis. Exit le trading de jeunes joueurs, on repart sur le recrutement de joueurs confirmés.

Alors la surprise c’est le talent d’Osimhen ou la confirmation du génie de Campos. On ne sait pas mais dans tous les cas, on se réjouit de les avoir en France.



1. L’OM


On n’essaye pas seulement de faire amende honorable pour notre tropisme parisien en mettant Marseille premier ce classement.

Qu’on l’aime ou pas, l'OM est essentiel à la Ligue 1. Le club reste un des seuls en France à avoir une renommée internationale et un OM qui performe ne peut avoir que des conséquences positives sur le championnat.

D’abord parce que l’OM a un vrai savoir-faire continental. C’est un des rares clubs français à prendre la coupe d’Europe au sérieux (toutes les coupes d’Europe) et on peut compter sur lui pour rapporter des points au classement UEFA, ou au moins essayer serieusement. Ensuite parce que l’OM c’est aussi le club le plus populaire de France et qu’un OM quelconque c’est de la passion en moins donc de l'attractivité perdue.

Et puis cette belle saison qu’est en train de réaliser l’OM on ne peut pas dire qu’on l’attendait. Le recrutement avait été minimaliste mais pour une fois, semble avoir été réussi. Avec Benedetto, ils ont peut-être enfin trouvé l’attaquant qui leur manquait. Un grand attaquant, on verra plus tard, mais au moins un attaquant qui marque, qui joue et qui se nourrit de la pression inhérente à la ville.

Villas-Boas, on ne savait pas non plus trop quoi en penser. Après une belle saison à Porto en 2011, il s’était un peu perdu avec des échecs plus ou moins relatifs à Chelsea et Tottenham avant de se perdre des les championnats russe et chinois. Aujourd’hui il nous parait être un entraineur parfaitement compétent – Kamara milieu défensif, laisser le ballon à Angers, c’est des paris réussis – bon communiquant et intelligent.

Jusqu’à présent cet OM nous plait et on espère que ça dur.

La Redac
Aux footix, on est tous journaliste sportif. Envoyez vos articles à articles@lesfootix.com, les meilleurs seront publiés chaque jours. Allez jeter un œil à notre manifeste

autres actu
Le manifeste des Footix
rejoignez la communauté et devenez editorialiste pour les footix.

Les footix est une tribune libre dédiée au foot. Envoyez nous vos article à articles@lesfootix.com, les meilleurs seront publiés chaque jours.

Si vous avez un avis à donner, un coup de gueule à passer, ecrivez-nous à mail@lesfootix.com. Les meilleurs courriers seront publiés dans la boite au lettre des footix.
sur le même thème
Les meilleurs contributeurs